Serdinya Joncet

Ses habitants sont appelés les serdinyanais.

 

Commune située dans le Conflent sur la Têt et la route nationale 116 entre Prades et Olette

 

 

Population : 237 hab

Superficie : 16,91 km2
Densité de population : 13 hab./km2

 

Jours et Horaires d'ouverture au public : Mardi à Samedi de 10h à 13h

Adresse : 6 route nationale 66360 Serdinya joncet
Tel : 04 68 97 04 67
Email : mairie.serdinya@wanadoo.fr

 

Maire : Jean-mairie  MAYDAT

http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-serdinya.html

 

Il y avait à Serdinya une église paroissiale dont le village était sur la rive droite et un hameau tout proche, sur la rive gauche. Ce hameau était considéré comme un second village (Secundinianum), qui a donné au XIe siècle Segondaniano, puis Sechdeniano au XIVe et enfin Seddiniano au XVIe, puis Serdinya de nos jours.


SERDINYA

L'histoire de Serdinya commence durant la période romaine. En 121 avant JC les troupes romaines envahissent le Roussillon et remontent vers la Cerdagne. Peu à peu ils structurent la région et construisent de grandes voies de communication. La Via Confluentana reliait la plaine à la Cerdagne (l'ancêtre de la RN116), elle était régulièrement parsemée de gîtes d'étape pour faire reposer les voyageurs et leurs chevaux. Serdinya était l'une de ces étapes.
Après la conquête carolingienne du IXe siècle les rois francs facilitèrent l'implantation des abbayes dans les endroits les plus reculés des territoires nouvellement pris sur les sarrasins. St Michel de Cuxa ou l'abbaye de Régleilles ont cette origine. Ces abbayes ont essaimé des chapelles tout autour d'elles, parfois un peu plus loin. C'est ainsi que fut construite une chapelle sur le site de Serdinya, chapelle autour de laquelle se sont implantés les premiers francs venant peupler cette région devenue désertique après le passage des sarrasins.
Au début du Moyen-âge les villages étaient extrêmement éparpillés, ils s'agissaient plus d'une vallée ou d'une montagne sur laquelle ont été construites des métairies que de véritables agglomérations. Peu à peu ces métairies se sont regroupées pour mieux se protéger, formant la base des villages tels que nous les connaissons de nos jours.
Ainsi au Moyen-âge le village initial était sur la rive droite de la Têt, là où se trouve aujourd'hui le lieu-dit "Le Bac". Il avait plusieurs hameaux :
- Serdinya, sur la rive gauche,

- les Hortals (Les Horts). Il s'agissaient des jardins dans lesquels quelques manses furent construites, assez loin au Nord-Est, sur le haut de la Soulane,
- Joncet, plus haut dans la vallée, également sur la rive gauche, actuellement appelé "Joncet du Bac",
- Flassa (Flaccianum), en haut de la montagne "la Soulane",
- Marignans (Marinyans), plus haut à l'Est.
- La Guardia, plein Est.

 

Mais durant le Moyen-âge les hameaux proches de la Têt se déplacèrent en hauteur, probablement pour échapper aux fréquentes crues. Ainsi le village principal se déplaça sur son hameau Serdinya, et Joncet parti en face, également sur la rive gauche. Les autres lieux n'étaient pas concernés. 


Evolution de la population
Petit village très étendu, le Serdinya du Moyen-âge est difficile à appréhender en termes de population. Il s'agissait d'un village agricole mais le peu de terre labourable nous prouve qu'il n'y avait pas beaucoup d'habitants. En 1355 eu lieu un recensement fait dans le but d'établir la liste des feux royaux des vigueries du Roussillon et du Conflent imposés pour financer de la guerre de Sardaigne. Serdinya y possédait 39 feux. En 1385 un autre fogatge nous apprend qu'il y a 21 feux, soit plus d'une centaine de personnes.
Entre 1654 et 1710 la présence française attira de nombreux corps de métier dans la vallée de la Têt. Serdinya en profita et accueillit différents artisans (pareurs, cloutiers, muletiers) En 1691, la ville en était à 152 feux (900 personnes), et en 1789, 125 feux (750 personnes) Les différents chantiers du milieu du XIXe siècle (routes nationales, chemins de fer) enlevèrent 30 familles au village qui partirent s'installer en plaine.
Flassa
Aussi appelé Flaça, Flassa est un hameau situé sur les hauteurs de Serdinya. En levant la tête, vous le verrez sûrement ! Le hameau possède une église attestée en 1163 à travers un document qui indiquait les possessions de l'abbaye de St Martin du Canigou. La dîme de Flassa appartenait pour un tiers au seigneur de Jujols, un deuxième au curé de Jujols. Il faut dire que les églises de Jujols et Flassa s'étaient jointes.
Dédiée à St Marcel, elle a une abside rectangulaire voûtée en plein cintre. Des bandes lombardes en décorent l'extérieur. La nef est unique, initialement voûtée. Sa voûte a été remplacée par une charpente de bois à une époque plus récente. Extérieurement elle a un clocher-mur à deux alvéoles situé entre l'abside et la nef. Intérieurement l'église possède une cuve baptismale rustique et un retable du XVIIe siècle contenant les statues de St Marcel bien sûr, mais aussi St Sébastien et St Gaudérique.
L'église St Marcel de Flassa est désormais définitivement restaurée, grâce en partie à l'association de sauvegarde du patrimoine de Serdinya-Joncet, après 10 ans de démarches administratives. La voûte du choeur est peinte, 50% de ces peintures sont toujours visibles. En particulier, des coquilles d'escargots et des écailles de poissons, ainsi qu'une partie d'un décor plus ancien. En fait, il y a 3 décors qui se superposent, le second étant fait de volutes jaunes cernées de gris. Grâce à une autre action de restauration, on va bientôt pouvoir voir les 3 époques sur un même mur de l'église (12m2 traités).

JONCET
Joncet est un hameau de Serdinya, un peu plus haut dans la vallée. Son histoire est intimement lié à celle de Serdinya.
Ce village avait également d'autres hameaux : Flassa, La Guardia, Marignans, Les Horts.
Initialement sur la rive gauche de la têt, au milieu des seuls terrains plats agricoles, Joncet est passé sur la rive droite et un peu plus en hauteur avant le XIVe siècle. La raison nous est inconnue, mais il s'agissait très probablement d'éviter les fréquentes crues de la Têt, quitte à s'éloigner des terrains cultivables.
Les habitants de Joncet de ceux de Serdinya avaient de nombreux contacts, ils étaient dépendants du même seigneur, le roi lui-même. Joncet était en effet une possession des comtes de Cerdagne, passée en 1117 au roi d'Aragon. Par la suite il n'a jamais changé de seigneurs jusqu'à la révolution.
Il semble que la famille de Joncet eu une certaine gloire. Propriétaire de manses à Escaro, elle aurai périclité aux alentours du XVIIe siècle. Il s'agissait de la famille Mas dont un certain François était curé à Ayguatébia en 1654.
L'église de Joncet est dédiée à St Jean-Baptiste, elle date de 1646. Elle appartenait à la famille Mas qui l'avait fait construire et dont la maison était toute proche. En 1860, elle fut rachetée par Michel Clastres, curé de Codalet qui l'a restauré.
La dîme de Joncet appartenait initialement à la reine Esclarmonde de Majorque, qui la donna par testament en 1312 pour l'entretien de deux chapelains aux églises des Clarisses et des Grands-Augustins de Perpignan. En 1757 elle fut donné à Philippe de Copons de Réart, chanoine d'Elne, puis à sa mort au sous-diacre Jean-Baptiste de Banyuls de Montferrer. Il le conservera jusqu'en 1791, année durant laquelle la révolution abolit sa perception.
L'usage de Joncet voulait qu'on ne payait pas de dîme sur les petites récoltes : pois, lentilles, etc. pour la consommation personnelle.

 

Toponymie

En catalan, le nom de la commune est Serdinyà

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • YouTube
  • Instagram

Siège de la Communauté de Communes Conflent Canigó

Château Pams - Route de Ria - 66500 PRADES

04 68 05 05 13  -  contact@conflentcanigo.fr

Horaires d'ouverture :

Du lundi au vendredi de 08h30-12h / 14h-17h30

© 2015 Communauté de Communes Conflent Canigó

Gestion du site et aide à la mise à jour agence Yomedia

Mises à jour du site Communauté de Communes Conflent Canigó